Collectif de défense des écoles du Garros

Pour le maintien des écoles du Garros dans l’Éducation Prioritaire
Accueil > [2015] Au Garros, l'Éducation doit rester (...) > Départementales : Réponse de la liste “Libres (...)
  • Article

Départementales : Réponse de la liste “Libres et Indépendants”

lundi 16 mars 2015, par Collectif

Le Collectif "[Au Garros, l'Éducation doit rester Prioritaire->http://www.facebook.com/AuchGarrosREP]" a interpellé les candidat.e.s du canton d'Auch 3 aux élections départementales sur la situation inacceptable des écoles orphelines du Garros, en leur proposant de [répondre à quatre questions->art55]. ---- {{{Réponse de la liste “Libres et Indépendants pour le Gers”}}} {{Question 1}} : Le 16 décembre 2014, le Ministère de la Ville retenait le quartier du Garros parmi les 200 quartiers dit "d'intérêt national", le lendemain le Ministère de l'Éducation Nationale annonçait la sortie des écoles du quartier de l'Éducation Prioritaire. Pour notre collectif, cette décision est politiquement incohérente et en contradiction avec les déclarations du Président de la République lors de sa venue en août 2013. _ {Quelle votre analyse sur la situation éducative au Garros, quartier qui serait prioritaire et où l'Éducation ne le serait plus ?} Constats - Le Garros figure depuis trois mois parmi les 200 quartiers d’intérêt national - Le quartier du Garros est en zone prioritaire - L’école n’est pas en zone éducation prioritaire car il n’y a pas de collège de rattachement Analyse L’éducation n’est pas un sujet prioritaire alors qu'elle est un des piliers de l’avenir. _ Ce sujet doit donc être prioritaire pour le quartier du Garros. _ Nous relevons une incohérence entre les décisions politiques locales et nationales : pourquoi un quartier qui est classé en zone prioritaire voit son école détachée de ce classement ? _ Pour les candidats “Libres et Indépendants”, la décision ministérielle institutionnalise le détachement des écoles de leur propre quartier. Comment pouvons-nous permettre que ces écoles n'appartiennent plus au quartier pourtant mis en lumière? _ Il est urgent d'arrêter de jouer avec l’avenir de nos enfants et petits-enfants ! {{Question 2}} : Ces derniers mois, le travail de notre collectif a mis en évidence les contradictions à la fois entre les politiques de l'État sur un même territoire, mais aussi au sein de l'Éducation Nationale, pourtant aucun des représentants des services de l'État (Préfecture, Rectorat) n'a été en mesure de proposer une solution cohérente et à la hauteur des besoins de ce quartier populaire. _ {Quelles sont vos propositions qui permettraient, sur ce territoire dont vous seriez l'élu.e, de retrouver de la cohérence dans les politiques menées et de répondre aux besoins éducatifs de ce quartier ?} Ici, le manque de cohérence est flagrant ! _ Les incohérences et les contradictions sont bien réelles. Il est certain que les moyens attribués aux écoles du Garros dans le cadre du réseau prioritaire, dont elles faisaient jusqu'alors partie, doivent être maintenus et même renforcés. Comme cela a été fait ailleurs en France, les écoles du Garros doivent être réintégrées dans un dispositif d’éducation prioritaire. _ Il s'agit donc de retrouver le vrai sens des choses. Le rôle des conseillers départementaux et les nouvelles compétences du département ne sont pas encore précisément connus. Dans un premier temps, il est indispensable de défendre le mouvement des parents et des enseignants du quartier. Nous proposons également de : -# Apporter une réponse aux besoins éducatifs -# Agir auprès des services du DASEN et du rectorat pour obtenir davantage de moyens pour les écoles en mettant en place une cellule locale au sein même des écoles du quartier -# Si les collèges restent de la compétence départementale, favoriser les activités de décloisonnement et de liaison entre le CM2 et la 6ème -# Établir un lien entre les assistantes sociales de secteur du quartier et les écoles du Garros -# Faire accompagner par le département le travail des associations de quartier {{Question 3}} : Les actions menées par notre collectif nous ont convaincu que la Direction Académique des Services de l'Éducation Nationale (DASEN) n'était pas en mesure de maintenir les moyens des écoles du Garros sans en priver d'autres écoles Gersoises. Cette solution est refusée depuis le début par notre Collectif et c'est pourquoi nous demandons le maintien du label "Éducation Prioritaire" et la mise en œuvre de moyens liés à un budget national. Par ailleurs, les solutions trouvées pour des écoles des académies de Dijon ou d'Aix-Marseille prouvent que lorsque des situations locales particulières sont prises en compte par le gouvernement (après intervention d'élu.e.s locaux), le Ministère de l'Éducation Nationale est tout-à-fait en mesure d'apporter des réponses adéquates à ces situations locales. _ {Élu.e, quelles formes prendraient concrètement votre engagement et votre mobilisation pour obtenir une prise en compte de la situation particulière du Garros, dont vous serez la/le représentant.e, par le gouvernement et le Ministère de l'Éducation Nationale ?} Il faut que le nouveau Conseil Départemental soit en lien avec le service des affaires scolaires de la municipalité qui a la gestion des écoles. _ Aujourd'hui et cela depuis toujours, aucun élu ne travaille avec un autre conseiller s’il n’a pas la même étiquette politique que lui. Aussi, les candidats “Libres et Indépendants” souhaitent dépasser ces clivages. Hors de ce clivage stérile, nous voulons mettre en place une cellule locale composée du maximum de compétences et qui réunirait tous les acteurs. L’école concerne autant la droite que le PS ou PC. _ {{L’école est l’affaire de tous : il convient de travailler ensemble et intelligemment pour l’avenir de nos enfants.}} {{En conclusion}} : _ {Si vous étiez élu.e , vous engagerez-vous à défendre la cause des enfants du quartier du Garros en exigeant auprès des autorités compétentes le classement des écoles du secteur en REP ?} Oui, bien sûr ! _ Les écoles du Garros doivent rester dans le Réseau d’Éducation Prioritaire. Si nous sommes élus, nous demanderons : - de mettre en place un RASED sur le quartier (réseau d’aide spécialisée aux enfants en difficultés) - de maintenir la prime ZEP pour tous les enseignants - de réduire les effectifs des élèves par classe. De plus, nous engagerons une réflexion pour que la cellule de suivi demande une révision globale des classements des zones prioritaires. Les compétences et la gestion d’une question aussi importante que le classement des écoles en REP devraient pouvoir se faire au niveau local et/ou régional (nouvelle réforme territoriale en cours), lesquels auraient un jugement bien plus pertinent sur la situation qu’un pilotage au niveau national. Ces compétences devraient être locales! {{Local d'abord !}}